9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 00:13

Amertume d'une déception

Un silence sans nom

Mon coeur dans un étau

Une fois de trop


Comment lui faire comprendre

Qu'il faut arrêter d'en prendre

Que la vie est aussi belle

Sans elle


Chaque fois qu'il va là-bas

Je sais pourquoi

Peu importe quel cran on va serrer

Il ne peut s'en empêcher


Il n'a d'yeux

Que pour sa fumée bleue...

 

 

31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 22:52

Si j'étais quelqu'un

Je serais Soeur Emmanuelle

Martin Luther King ou Coluche

L'abbé Pierre ou Lady Di

Pour faire de l'amour un don

Contre la pauvreté et l'exclusion

 

Si j'étais quelqu'un

Je serais ma grand-mère

Cette femme douce et aimante

Qui a bercé mon enfance

Je serais le juge

Qui condamnera mon père

Pour avoir, à mon fils, fait vivre l'enfer

 

Mais je ne suis que moi

Vilain petit canard

A qui on a brisé les ailes

Trop timide et sensible

Pleurant de rage

Tout l'amour de mon être

Berçant mes enfants

Contre mon coeur blessé

Je ne suis que ça

Et c'est pas si mal que ça

 

Pour un jeu d'écriture chez Enriqueta

 

22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 06:35

Je vous ai parlé de ma mère il y a peu, aujourd'hui mon père...

 

Beaucoup de pères sont formidables

Le mien a fait l'impensable

Je n'ai rien vu, rien compris

Jusqu'à être devant le fait accompli

A mon fils, il a pris l'innocence

A notre famille, retiré tous son sens

Ne cherchez plus Lucifer

C'est mon père !

 

Ce poème fait suite à

coup de grisou 

elle

attention danger

quelques mots

  elle me dit

 

 

8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 20:31

Pour son premier défi, Cristal nous propose d'écrire un poème ou un texte avec les titres d'un même chanteur.
J'ai choisi Patrick Bruel dont je suis fan depuis toujours (non, pas ce genre d'hystériques qui hurlent des Patriiiiiiick à s'en "casser la voix" lol)


 

Je suis restée "en bas des marches"

De la "place des grands hommes",
Comme un "flash-back" en marche
Qui m'assomme.
On se disait "même si on est fou"
On ira jusqu'au bout ;
"Rien à perdre" tout à gagner,
C'est comme ça qu'on avançait.
Mais "alors regarde" aujourd'hui ce qu'il en est :
On vit notre amour en "décalé".
En "rêve à part" on s'est perdu,
En "rock, haine, rôles" confondus.
Désormais, "combien de murs" à abattre
Pour sentir, à nouveau, nos coeurs battre.
C'est vrai qu'à l'époque "on t'attendait" ;
Les enfants et moi, des rêves, on avait.
Mais au lieu de "s'laisser aimer",
Tes jeux, tu as préférés.
Alors "joue Docteur joue"
Et coulent les larmes sur mes joues...
Et même si c'est pas comme tu veux,
"J'suis quand même là".
"Non j'veux pas" te dire "adieu" !
Je t'en supplie "bouge !""lache-toi"!
Et quand "demain le monde"
Nous emportera dans sa nouvelle ronde,
"Est-ce que tu danseras avec moi",
Sur "une musique vieille", comme autrefois

15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 20:24

J'ai l'impression de ne plus savoir écrire
Je ne trouve plus les mots pour ce que j'aimerais dire
Je vais, je viens, j'ai pas bougé
Je me débats dans ma vie rapiécée
Une fatigue en ce moment m'assomme
Serait-ce déjà les prémices de l'automne
Je crois qu'il vaut mieux que doucement je me repose
Et remettre à plus tard mes jolies proses

11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 20:20

Lmvie a toujours des jeux d'écriture super sympa a proposer. Voilà le dernier en date.

"Voici dix mots, en vers ou en prose laissez aller votre imaginaire !
Je vous publie tous.

Constipation
Elégance
Farcie
Massacrer
Perruches
Serpillière
Parapluie
Transpirer
Iceberg
Moquette
"

Voici mon texte et vous comprendrez aisément pourquoi j'écris pas grand chose en ce moment lol


Non franchement, j'y arrive pas
Je dois souffrir de constipation
Vais finir par fumer la moquette
Ca m'donnera p't être de l'inspiration

Me jeter du haut d'un iceberg
Non mais vraiment quelle drôle d'idée
Aller voir les perruches en Australie
Oui mais là-bas, j'vais transpirer

Comment aligner ces mots avec élégance
J'sais pas quoi faire du mot "farcie"
Je devrais retourner en vacances
En plus, même pas besoin de mon parapluie

Bon allez, j'arrête de massacrer
Le petit jeu d'écriture d'Lmvie
Je laisse le soin à d'autres de s'y coller
Je passe la serpillère, euh, le relais avec plaisir.
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 20:05

Rouge

Couleur flamboyante d'un coucher de soleil
Affriolants dessous en dentelles
Alléchantes fleurs pour les abeilles
Gourmandises vermeilles

Comme le sang qui coule dans nos veines
Qui se déverse en batailles vaines
Coups de colère ou haine
Chasseurs dans la plaine

Robe d'un vin enivrant
Passion d'un corps à corps brûlant
Baisers carmins envoutants
Teinté de douceur et tourments

Rouge

7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 19:57

Tu te disais mauvais garçon
Mais t'avais un coeur grand au fond
T'as su rassembler les plus belles voix
Pour ensemble marcher sur la même voie

A coups de bistouri, t'as voulu effacer tes souffrances
Des mots paternels de ton enfance
Et de ta p'tite gueule d'ange adorable
Tu as en a fait un thriller abominable

Mais tes chansons parlaient d'amour
De cet espoir qui brûle nos jours
Des mots qu'on n'oubliera jamais
Qui chantent dans nos coeurs pour l'éternité


Hebergeur d'image

17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 19:39

Encouragée par Cristal, sur une idée de Déborah.



Les plus beaux souvenirs ne meurent jamais.
Ils sont là pour nous bercer,
Comme les bras de maman
Quand il fait mauvais temps.
On s'y réfugie avec plaisir,
Ils nous font encore sourire ;
Parfois pointe la nostalgie
Mais toujours en rayon de soleil sur nos vies.

Les plus beaux souvenirs ne meurent jamais.
Ils sont parfois bien garder,
Près du coeur, en doux secret.
Ceux qu'on ne révèlera jamais,
Qui nous font rêver doucement,
Les yeux ouverts, intensément.

Les plus beaux souvenirs ne meurent jamais.
Ils sont là pour être partagés.
Avec la famille ou les amis
Le ciel est beaucoup moins gris.
Du passé sont doux messagers,
Des instants "bonheur" gravés
Dans nos coeurs, notre mémoire,
Pages sucrées de notre grimoire.

5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 19:34

Hebergeur d'image

 

Quand j'ai commencé ce blog
J'avais près de moi ma muse
Depuis quelques temps elle n'est plus là
Ce n'est pas elle qui est partie
Mais moi qui l'ai quittée
Par peur de souffrir à nouveau
Sans penser que je tomberais de si haut
Je garde son souvenir au fond de mon coeur
En secret et en douceur
Et je regarde la vie
Mais d'un regard différent
Les mots malheureusement
Ne chantent plus comme avant
Il me faudra du temps
Pour panser cette douleur
Aujourd'hui, mon blog a un an
Et même si je suis moins présente
Il va, c'est sûr, encore durer
Car auprès de vous je me sents bien
Ma solitude se perd sur vos chemins
Je vous dis un grand merci
D'être mes virtuels amis.

  • : Un monde en gifs
  • Un monde en gifs
  • : Mes créations graphiques (en cadeau pour vous) et mes poésies. Quand les passions se rencontrent...
  • Contact